Aller au contenu

Revue de presse du 17 juillet 2015#

📆 Date de publication initiale : 17 juillet 2015

Si le rythme des GeoRDP est passé au bimensuel (au moins) pour l'été, ça ne signifie pas qu'on leur a fait faire un régime pour autant ! Et encore, on n'a pas eu le temps de couvrir tout ce que l'on aurait voulu...

Qu'importe, il y a déjà de quoi faire avec les évolutions des 2 principales bibliothèques libres de webmapping, celles d'osm2pgsql et un sacré paquet de représentations cartographiques tout aussi intéressantes les unes que les autres : de l'ossature en forme de métro aux tendances musicales, en passant par les dégâts de l'esclavage et j'en passe !

Bonne lecture et à dans 15 jours 😄.


Sorties de la semaine#

Leaflet 1.0 beta est enfin là#

La grosse annonce est l'arrivée de Leaflet 1.0 bêta. Pourquoi c'est déjà une grosse annonce bien qu'il ne s'agisse que d'une bêta?

En fait, c'est parce que le projet donnait l'impression de ne pas évoluer et la version 1.0 promise était toujours "bientôt là", mais un récent tweet a démenti cette inertie :

Leaflet 1.0 beta 1 now feature-complete. Probably spending the rest of the day updating the changelog before I open a bottle of champagne.

Maintenant après la mise en appétit, passons aux fonctionnalités. Celles-ci sont nombreuses avec notamment :

  • améliorations significatives des performances particulièrement pour les données vecteurs
  • zoom intermédiaire exemple : map.setZoom(12.34)
  • meilleur support des projections non standards
  • corrections de bugs

Il faut noter que certains plugins ne sont pas compatibles avec cette nouvelle version. La solution est d'attendre leur mise à jour ou bien de contribuer à cette mise à jour.

Pour l'annonce en anglais, allez sur le blog officiel.

OpenLayers passe en version 3.7.0#

Après Leaflet, on passe à la librairie OpenLayers qui passe elle aussi en nouvelle version. Comme d'habitude la liste est longue, donc allez voir le changelog pour les changements. Notamment, il y a quelques modifications dans l'API, donc si vous souhaitez faire la mise à jour, nous vous conseillons de lire attentivement le changelog.

osm2pgsql passe en version 0.88 LTR#

osm2pgsql est un utilitaire en ligne de commande permettant d'importer dans une base de données PostgreSQL/PostGIS des données provenant d'OpenStreetMap (format .osm ou .pbf). Tout récemment, l'équipe du projet a annoncé la disponibilité d'une nouvelle version (0.88) qui a en plus la particularité d'être une version à long terme (LTR - Long Term Release). L'un des changements majeurs est notamment le portage du code en C++.


Logiciel#

kartograph c'est désormais comme Capri#

Une petite news pour relayer l'annonce faite par les développeurs de Kartograph, cette petite librairie à base de Python et de JavaScript très pratique pour créer des cartes interactives à partir de données géographiques. Nous avons suivi son évolution pendant quelques années, mais désormais le projet n'est officiellement plus maintenu. Il est recommandé de se tourner vers mapshaper.


Google#

Le tour de France c'est tendance#

C'est @freakonometric qui le relevait sur twitter cette semaine, utiliser google trend pour suivre les comportements des internautes fan de cyclisme ou plus généralement de sport, c'est fun! En effet on constate par exemple que le nombre de requêtes diminue fortement le 13 juillet... je suis allé vérifier le 13 c'est repos :-) . On peut aussi voir s'il y a des régions françaises plus intéressées par l'événement que d'autres... Dans l'ordre : la Bretagne, la Basse Normandie, la Picardie.


Représentation Cartographique#

Détournement de représentation cartographique#

Nous avons présenté dans nos colonnes, plusieurs cartes issues d'une représentation d'un plan de type "métro", par exemple, sur les appelations viticoles. Nous vous proposons une approche du corps humain avec un plan du même type faite par le designer Sam Loman.

Symphonie triste d'une carte des réfugiés#

Brian Foo est un data-artist auto-proclamé "Data Driven DJ". Dans nos colonnes, nous avions déjà parlé d'une de ses oeuvres visant à entendre, par un procédé de sonification, les différences de revenu le long de la ligne 2 du métro de la Grosse Pomme.

Sur la base d'un fichier des Nations Unies sur le déplacements de réfugiés, il a créé une nouvelle oeuvre numérique : une carte animée et musicale qui donne autant à voir qu'à entendre le phénomène, sur l'espace de 37 ans, de 1975 à 2012.

La donnée migratoire, chef d'orchestre de cette data-visualisation, régule la hauteur, l'amplitude, la variété des instruments durant 3 minutes où 4 secondes équivalent à une année.

Le volume annuel de migrations est retranscrit par la quantité d'instruments à l'oeuvre, la distance entre le pays de départ et d'asile par la tonalité et la durée de la note, le nombre de pays comptant plus de 1000 réfugiés par la variété des instruments (soit la diversité des timbres).

Ce que l'on observe, c'est que vers les années 90, le phénomène migratoire s'amplifie largement, avec une augmentation de 900 % du nombre de réfugiés. Si l'Asie et l'Afrique sont constamment touchées par les déplacements, l'effondrement de l'Union Soviétique, la chute du Mur de Berlin, amorceront une nouvelle vague de migration dans ces années-là.

On observe (et on entend) sur la carte que plus le temps passe, et plus les mouvements deviennent globaux. Si les migrations se faisaient au début de proche en proche, entre pays voisins, elles se font de plus en plus entre pays éloignés, en particulier de l'Asie et l'Afrique vers l'Europe et les États-Unis. Des notes plus longues et plus basses traduisent cette magnitude de mouvement.

Brian Foo aurait aimé intégrer dans sa partition des évènements tels que des guerres, des élections, des invasions qui auraient présidé à certaines migrations mais il juge que son oeuvre aurait alors été trop complexe tandis que la musique échoue selon lui à sonifier des évènements trop spécifiques.

Certes, il peut paraître hasardeux d'habiller de musique un phénomène souvent tragique, mais le data-artist estime que la musique, en provoquant émotions et empathie, permettra de se remémorer les évènements en même temps que ses notes.

Source : Washington Post

En complément, nous vous livrons un projet peut-être moins artistique mais peut-être plus percutant qui contextualise le phénomène en associant à chaque année un évènement majeur qui aurait pu le provoquer : de la chute de Saïgon face aux forces communistes au Vietnam en 1975 à la prise de Tombouctou par les rebelles Touaregs en 2012.

Le trafic d'esclaves depuis l'Afrique, du 16ème au 19ème siècle#

Andrew Kahn a réalisé une infographie animée historique qui permet de voir la traversée des vaisseaux d'esclaves au départ de l'Afrique vers l'Amérique, du 16e au 19e siècle.

Ce sont 315 années, 20 528 voyages et plus de 10 millions de vies tragiques qui y sont figurés grâce aux données de la Trans-Atlantic slave Trade Database.

Chaque vaisseau est représenté par un point, plus ou moins gros selon le nombre d'esclaves qu'il transportait. En appuyant sur pause et en cliquant sur un point, on peut recueillir le détail du vaisseau : nombre de personnes concernées, origine, destination et histoire. En dessous, on peut voir le nombre d'individus qui s'accumule du fil du temps.

Le magazine américain note que le flux d'esclaves vers l'Amérique du Nord représente 4% ede l'effectif global (388 747 esclaves). 1.3 millions d'africains ont été transportés vers les comptoirs espagnols et portugais d'Amérique Centrale, 4 millions vers ceux, britannique, français, hollandais et danois des Caraïbes et enfin 4.8 millions vers le Brésil.

A noter que l'auteur de la carte n'a choisi de représenter que les flux pour lesquels des informations précises étaient disponibles. Aussi, seule la moitié de la totalité du nombre réel d'individus déracinés est figuré.

Source : Slate

Conférences#

ICC2015 - Brésil - Rio de Janeiro#

Cet été, du 23 au 28 Août 2015, se tiendra la Conférence Internationale de Cartographie à Rio de Janeiro au Brésil. Cette conférence sera l'occasion pour de nombreux chercheurs de présenter leurs travaux sur les différentes thématiques qui composent les Sciences de l'Information Géographique. Sachez que le programme préliminaire est en ligne depuis cette semaine. Jetez-y donc un coup d'oeil.

Divers#

Une carte permettant d'écouter de les géo tendances musicales#

Si je vous demande quelles sont les tendances musicales du moment à Reykjavík? Je suis pas sûr que vous soyez en mesure de me répondre à moins que vous soyez expert(e) en musique, dans ce cas je m'incline :) Par contre saviez-vous que les Parisiens écoutaient plutôt de l'electro, les Niçois plutôt du Hip-Hop et les Roubaisiens de la Dance. Pour les autres villes, vous trouverez ci-dessous une carte du monde interactive (via Leaflet) qui permet d'écouter les tendances musicales actuelles dans de nombreuses villes du monde! Enjoy!

Géographe-Cartographe dans l'Armée de Terre#

Le 28ème Géographique, c'est quoi ? C'est un bataillon de Géographes-Cartographes de l'armée française. Vous trouverez quelques infos par icisur ce que signife être géographe-cartographe pour l'Armée de Terre.

C'est quoi une carte ?#

Patrick Poncet, géographe et chroniqueur chez France Culture, propose de répondre à cette question. Bonne écoute!

La cartographie dans Nature#

Une fois n'est pas coutume, voilà le grand Nature qui publieun article dans sa rubrique toolbox sur la data visualisation et la cartographie. Si les lecteurs de GeoTribu n'apprendront sans doute pas grand-chose, c'est tout de même rigolo de constater que la plupart des technos présentées sont des grandes habituées de la RDP : TileMill, CartoDB, D3.js. C'est aussi agréable de parfois faire un pas de côté pour regarder les évolutions de ces 10 dernières années !


Un peu ce qu'avait proposé @mondegeonumeric auFOSS4G-fr en 2014 :-)

En bref#


Dernière mise à jour: 13 octobre 2020
Contributions à cette page : Julien Moura

Commentaires