Aller au contenu

Revue de presse du 15 mars 2013

Après la revue de presse (relativement) frugale de la semaine passée, celle-ci fait plutôt courir le risque de l'indigestion ! On n'a même pas réussi à tout compiler ! Les nouvelles versions stables de EasySDI et GeoNetwork ouvrent le bal en faisant le plein de nouveautés, suivis de près par la v1 du SDK de MapBox pour iOS, l'arrivée d'une cartouche spatiale pour un outil de traitement des gros lots de données, SpatialHadoop et la mise jour des plugins LizMap.

Quelques représentations cartographiques notamment sur la proportion de catholiques dans le monde (c'est de saison), avant d'enchaîner sur la thématique de l'ouverture des données (OpenData) qui deviendrait obligatoire pour les collectivités locales.

On termine avec les incontournables divers qui sont, comment dire...très diversifiés cette semaine ! Du R stats pour les géographes, le lifting du ForumSIG, un Hackathon pour l'ÎdF, de l'origami cartographique et une chronique de la mort annoncée des SIG !

Bonne lecture et bon week-end.


Sorties de la semaine

EasySDI V3

EasySDI est un ensemble de composants vous permettant de rapidement et facilement créer votre infrastructure de données géographiques (cf image ci-dessous). Une nouvelle version (V3) est disponible depuis peu. Celle-ci inclut notamment une nouvelle interface cartographique basée sur OpenGeo Suite SDK. Pour le téléchargement c'est ici. Avez-vous déjà eu l'occasion d'essayer cette suite logicielle ? Nous sommes preneurs de retours.

GeoNetwork v2.8.0

Cette nouvelle version apporte son lot de nouveautés. En consultation, il faut retenir un changement d'interface graphique avec de nouveaux widgets. Côté administration, on peut récupérer les statistiques de recherche ou l'état de l'application GeoNetwork. Pour les métadonnées, les éléments les plus marquants pour nous sont le versionnement des métadonnées (via SVN) et le fait de pouvoir publier directement des WFS ou WMS à partir de données envoyées dans GeoNetwork. On peut aussi rajouter le support des métadonnées respectant la directive INSPIRE. Encore d'autres nouveautés sont à noter mais nous vous laissons les découvrir via l'annonce officielle. Nous vous invitons aussi à consulter le nouveau guide. Bonne lecture!

Kit de développement de MapBox pour iOS passe en v1

En plus de beaucoup d'autres services et outils, MapBox fournit une boîte à outils pour le développement d'applications cartographiques natives pour les terminaux iOS (Apple). Ce kit de développement (ou SDK en bon "chexspir") vient de franchir une sacrée étape et la liste des nouveautés et corrections est bien trop longue pour la compiler ici, mais je vous invite à lire l'annonce officielle pour en savoir plus.

Big data et SIG

Ce mot très à la mode désigne le fait de manipuler des sources de données toujours plus grosses. Même si dans les SIG, l'usage de jeux de données de grosses tailles n'est pas nouveau, cela ne s'est pas forcément accompagné de capacités de traitements et d'algorithmes permettant d'optimiser le temps de calcul (en particulier la parallélisation).

Un des outils créé pour cela, s'appelle Hadoop, il a été créé par la fondation Apache. Nous avons identifié un projet nommé SpatialHadoop porté par l'université du Minnesota (la même que celle à l'origine de Mapserver) qui permet de lui ajouter des fonctions spatiales. Vous pouvez en savoir plus en allant sur le site officiel.

LizMap plugins

Lizmap est une solution opensource dont on vous a déjà parlé plusieurs fois. Elle est composée de deux outils : LizMap et LizMap Web Client. Cette solution permet de publier facilement des cartes sur le web directement depuis le logiciel Qgis desktop. LizMap passe en version 1.8 et LizMap Web Client passe en version 2.7.0, avec de nombreuse de nouveautés à la carte ! Elles sont détaillées ici. Notons au passage que la société 3liz a mis en ligne une documentation qui devrait faciliter la tâche de nombreux géomaticiens désirant mettre en place l'architecture. N'hésitez pas à tester cette solution innovante.


Représentation Cartographique

Choroplètes et cartogrammes

C'est d'abord Simon Mercier qui détaille la réalisation de sa carte choroplète selon les divisions du recensement canadien. L'originalité repose sur la création d'une grille non pas hexagonale ou quadriculaire (c'est d'un commun !), mais triangulaire, créée grâce à la transcription en SQL de la formule mathématique adaptée. Consultez donc le code et surtout la carte finale.

ZEIT Online

On continue dans la série avec cette cartographie interactive sur la part de catholiques dans la population de chaque pays. Réalisée pour la rubrique dataviz un journal allemand, ZEIT Online, et n'étant pas germanophone, je ne saurais pas en dire davantage sinon que le rendu est assez lisible et que la carte fonctionne sur un rendu svg assorti d'un script de consultation en javascript (1.9.1) :

Analyses thématiques pour Leaflet

La fameuse librairie Leaflet cartographique dispose dorénavant d'un nouveau plugin permettant de réaliser des analyses thématiques. Réalisé par HumanGeo, avec ce plugin vous pourrez créer des analyses par cercles proportionnelles ou encore des cartes choroplèthes. Pour le telechargement, cela se passe sur le GitHub du projet.

Tableau de bord de la RATP

DataPublica est allée puiser dans les rapports annuels de la RATP pour mettre en forme certaines des données statistiques qui s'y trouvaient. Au final, une petite monographie sur l'état ou l'accessibilité du réseau, le trafic, les incidents, les tarifs, etc. La société spécialisée dans la visualisation des données n'en était pas à son coup d'essai sur le sujet puisqu'elle ressort à cette occasion son infographie sur le trafic annuel entrant par station et on peut également consulter la liste des différentes réalisations portant sur la régie des transports parisiens. Consulter également l'article paru sur le blog dédié aux transports sur LeMonde.fr : "Les petits secrets de la RATP révélés au public".


Divers

L'ouverture des données publiques des collectivités locales

La feuille de route du gouvernement pour l'OpenData publiée fin février (consultable sur etalab ici) le laisser entendre mais c'est a priori chose sûre si l'on en croit l'article paru sur LaGazette.fr : les collectivités locales auront l'obligation légale d'ouvrir leurs données. Le texte que s'est procuré LaGazette.fr semble aussi indiquer que "la mise à disposition des données devra être gratuite". Si on peut toujours rester sceptique jusqu'à la publication de la loi au Journal Officiel, on peut d'ores-et-déjà se pencher sur une problématique liée : les enjeux et difficultés pour les petites entités communales d'ouvrir leurs données. Thème sur lequel LiberTIC publie un article que je vous invite à consulter.

EuroGlobalMap

Encore un bonne nouveauté pour l'opendata. En effet, le jeu de données EuroGlobalMap à l'échelle 1:1 000 000 passe en licence licence Open Data http://epsiplatform.eu/content/euroglobalmap.

Les thèmes fournis sont les suivants :

  • Limites administratives
  • Réseaux hydrographiques
  • Réseaux de transport
  • Peuplement
  • Élévation
  • Noms de lieux

Pour une documentation plus complète du jeu de données, allez sur la fiche produit. Pour le téléchargement direct (sans formulaire), suivez ce lien.

OpenFoodFacts != ProductOpenData

DataPublica est décidément en forme dernièrement puisque la société propose une interview des fondateurs de Openfoodfacts.org (dont nous saluions déjà le projet, dans la RDP du 25 février) et Product-Open-Data.com. L'intérêt est de comparer les approches de deux sites qui se positionnent sur à peu près la même thématique et s'ancrent dans la même dynamique d'ouverture des données. Lire l'interview des fondateurs des deux sites.

Vous pouvez également consulter la carte basée sur OSM (évidemment !) liée à la base de données d'OpenFoodFacts : C'est fabriqué près de chez vous (ou pas) et la petite histoire qui va avec.

ElementR

Cela faisait longtemps que j'avais envie d'explorer la librairie statistique R, mais mes connaissances dans le domaine ajoutées à l’apprentissage de la bête m'ont toujours refroidi. Néanmoins, avec la sortie de l'ouvrage ElementR orienté pour la géographie, je n'ai désormais plus aucune excuse. Fruit d'un travail collaboratif entre 8 valeureux/ses auteurs, cet ouvrage a été réalisé suite à différentes sessions de formation organisées à l'UMR Géographie-cités durant l'année 2012. En plus de cela s'ajoute également un jeu de données qui vous permettront de reproduire exactement les différentes étapes. Enfin, comme un bonne nouvelle n'arrive jamais seule, les auteurs ont eu la bonne idée de publier cela sous licence Creative Commons, "dans le respect de l'esprit de partage des connaissances qui est le fondement de R et la raison de son succès".

Le ForumSIG se refait une beauté

Avec le printemps qui arrive, même le Web prend des couleurs. C'est en tout cas ce qui est arrivé au très populaire ForumSIG qui s'est offert une nouvelle interface. Je trouve l'ensemble plutôt agréable et c'est de mon point de vue une réussite. Parmi les nouvelles fonctionnalités consultables sur ce sujet, on notera une coloration syntaxique pour les extraits de code informatique ainsi qu'une sauvegarde toutes les 30 secondes la saisie d'un message, évitant les arrachages de cheveux face à une mauvaise manipulation pendant l'édition.

La géolocalisation, nouveau Graal des géants du Net

Le fameux quotidien économique Les Échos publie un article assez long sur le poids de plus en plus important de la géolocalisation dans le marché de l'Internet. Si le fond de l'article n'a rien de révolutionnaire, il rappelle les principaux enjeux du secteur et témoigne de l'intérêt qui est de plus en plus porté par les grands (mais aussi petits) acteurs économiques à cette thématique. Raphael Leiteritz, le directeur des produits Geo chez Google, y est par exemple cité, rappelant que « plus de 20 % des recherches des internautes sont liées à la géolocalisation ». Lire l'article sur le site des Échos.

Art et cartographie

Artistes-cartographes à vos agendas! Préparez votre œil cartographique à voyager au travers d’œuvres à la rencontre de l'Art et de la Cartographie. L'exposition Mappamundi commence ce week-end à Toulon et durera deux mois.

Cartes de papier

Si vous n'avez jamais dépassé le niveau de la cocotte et de l'avion en papier, votre amour propre va souffrir en voyant le travail de l'artiste britannique Matthew Picton dont le travail dantesque est présenté en images sur le blog StritclyPaper. Ci-dessous, la ville de Dresde (Source : Mathieu Rajerison (DataGIStips))

Mort ou renouveau des SIG

L’arrivée du Big Data et la démocratisation des outils cartographiques ont considérablement modifié notre manière d’appréhender l'information spatiale. Dans cette mouvance, certains nouveaux en ont profité pour tirer leur épingle du jeu en bousculant les codes pré-établis. La cartographie sur internet peut être belle, fun et évolutive. Si vous ne me croyez pas, jetez donc un œil aux projets tels que TileMill ou CartoDB. Avec eux, la création d'une carte est à la portée de tout le monde. De là à dire que les SIG traditionnels sont morts et enterrés il n'y a qu'un pas. Pas que n'a pas hésité à franchir Javier de la Torre, le co-fondateur de Vizzuality, lors de sa présentation pendant la conférence SIG Libre 2013. Même s'il y a un peu de vrai dans son argumentation il ne faut pas tout prendre au pied de la lettre. Dans l'ordre, voici ce que je reprocherai :

  • "_the_geom is just another column" (slide 27) : combien de fois ai-je entendu cette phrase de la part de "pur" informaticien ne comprenant pas grand chose à la géomatique et qui s’étonnait ensuite d'avoir un décalage dans leur données à cause de projections différentes. Désolé Monsieur Javier de la Torre, mais pour moi la composante géographique est et restera un élément à part dans le vaste champ des informations.

  • "Let say no to ugly and ususable geoportals" (slide29). Bon c'est vrai pour la plupart. Il faut dire que pour illustrer cela, Javier de la Torre a choisi un exemple bien Old School. Mais ce n'est pas le cas de tous les géoportails. Certains innovent et offrent des fonctionnalités et des rendus des plus sexys. Jeté un œil à celui de la confédération Suisse pour vous en convaincre.

  • OGC has stopped innovation (slide 61). A mon sens l'OGC n'a pas vocation à innover mais à stabiliser. Elle doit offrir des normes de logiciels et de services à partir desquelles il sera possible de développer des applications durables et interopérables. Si je dois réaliser une application qui fonctionnera plusieurs années, je préfère m'appuyer sur le couple WMS/WFS plutôt que sur du MBTiles et de l'UTFGrid. Bien évidemment cette homogénéisation ne se fait pas sans concession et satisfaire tout le monde n'est pas possible !

Bon vous l'aurez compris nous ne sommes pas d'accord avec tout. Mais la présentation vaut le coup d'œil, ne serait-ce que pour les superbes illustrations et pour également se tenir au courant de ce qui préfigure peut être la cartographie par internet de demain.


Dernière mise à jour: 29 juin 2020
Contributions à cette page : Julien Moura

Commentaires