Aller au contenu

Importer les données OpenStreetMap dans PostGIS : un guide détaillé pas à pas#

📆 Date de publication initiale : 28 juin 2022

Prérequis :

  • des droits d'installation
  • de préférence un PC sous Linux Debian/Ubuntu (ou via WSL). Les outils utilisés sont tous disponibles sur Windows, MacOS et même FreeBSD, c'est vous dire !

Introduction#

logo PostgreSQL

Dans les tutoriaux d'ici ou d'ailleurs, on part souvent du principe que l'on dispose naturellement d'une base de données PostgreSQL/PostGIS tout bien configurée comme il faut avec, en prime, des données chargées et prêtes à être manipulées comme il se doit, souvent issues d'OpenStreetMap.

C'est justement en voulant rédiger un de ces tutoriaux et en constatant que je refaisais systématiquement le même setup que je me suis dit que ça serait intéressant de le consigner ici. Comme ça, je pourrai y retrouver mes commandes habituelles et y faire référence dans d'autres tutoriels.

Au menu :

  1. Installer PostgreSQL, ses extensions et configurer tout ce beau monde
  2. Installer les outils d'import (osm2pgsql) et de pré-traitement (Osmium) des données OSM
  3. Découper et importer les données dans la base
  4. Se créer la connexion dans QGIS

Compagniiiie... en mesure !

Marche des Eléphants Postgres

Commenter cet article


Installer et configurer PostgreSQL#

logo Grand Eléphant des Machines de l'île de Nantes logo Grand Eléphant des Machines de l'île de Nantes

Installer PostgreSQL n'a rien de sorcier, tant le travail de packaging et de distribution est remarquablement réalisé et documenté, comme en témoigne la page de téléchargement. Mais c'est toujours bon de se noter les commandes à utiliser pour installer les versions depuis les dépôts communautaires.

Par exemple, sur les distributions Linux Debian comme Ubuntu :

1
2
3
4
5
6
7
8
# quelques dépendances communes
sudo apt install curl gpg gnupg2 software-properties-common apt-transport-https lsb-release ca-certificates
# on télécharge et on inscrit la clé permettant de certifier la provenance des paquets logiciels
curl -fsSL https://www.postgresql.org/media/keys/ACCC4CF8.asc | sudo gpg --dearmor -o /etc/apt/trusted.gpg.d/postgresql.gpg
# on référence le dépôt communautaire dans les sources logicielles du système
echo "deb http://apt.postgresql.org/pub/repos/apt/ `lsb_release -cs`-pgdg main" | sudo tee /etc/apt/sources.list.d/pgdg.list
# on installe PostgreSQL et PostGIS
sudo apt install postgresql-14 postgresql-client-14 postgresql-14-postgis-3

En revanche, le packaging de PostgreSQL sur Debian et Ubuntu intègre des scripts de post-installation qui créent par défaut un cluster main. C'est sympa de faire une partie du taf mais ce serait plus correct de demander avant quand même, en plus, le cluster n'est même pas optimisé !
Quand je fais installer un four en terre chez moi, je ne m'attends pas à ce que l'artisan me fasse un calzone mal cuite juste après la dernière pierre posée ! 🍕

Pizza dans son four

Création d'un cluster optimisé#

Grappe de Chanaan

On prend donc l'habitude de refaire la pâte nous-même. C'est parti pour la création d'un cluster aux petits oignons petites olives !

On commence par lister les clusters (grappes en bon français) existants avec l'utilitaire fourni dans le paquet postgresql-common :

1
2
3
> pg_lsclusters
Ver Cluster Port Status Owner    Data directory              Log file
14  main    5432 online postgres /var/lib/postgresql/14/main /var/log/postgresql/postgresql-14-main.log

L'objectif est donc de créer un cluster dédié avec des paramètres optimisés pour les tâches souhaitées (import de données OSM) et par rapport à l'ordinateur utilisé (dans mon cas, un Dell XPS 15 7590 avec un Intel Core i7-9750H de 9e génération - voir la fiche technique).

Pour cela, on va s'appuyer sur deux éléments :

PGTune - Dell XPS 15 7590

C'est parti, on crée un cluster osmdata en passant directement les options qui nous intéressent.

Commande multi-ligne pour créer un cluster PostgreSQL
 1
 2
 3
 4
 5
 6
 7
 8
 9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
sudo pg_createcluster 14 osmdata \
--port=54342 \
--pgoption autovacuum_work_mem='2GB' \
--pgoption checkpoint_completion_target='0.9' \
--pgoption checkpoint_timeout='60min' \
--pgoption default_statistics_target='500' \
--pgoption effective_cache_size='10GB' \
--pgoption effective_io_concurrency='200' \
--pgoption maintenance_work_mem='10GB' \
--pgoption min_wal_size='4GB' \
--pgoption max_connections='40' \
--pgoption max_wal_size='12GB' \
--pgoption max_worker_processes='10' \
--pgoption max_parallel_workers_per_gather='6' \
--pgoption max_parallel_workers='10' \
--pgoption max_parallel_maintenance_workers='4' \
--pgoption max_wal_senders='0' \
--pgoption random_page_cost='1.1' \
--pgoption shared_buffers='1GB' \
--pgoption wal_buffers='16MB' \
--pgoption wal_level='minimal' \
--pgoption work_mem='50MB' \
-- --data-checksums --lc-messages=C --auth-host=scram-sha-256 --auth-local=peer

A noter :

  • j'abaisse volontairement certaines valeurs pour garder la main sur mon interface graphique et qu'en cas de valeurs différentes entre PGTune et osm2pgsql, j'ai choisi de donner la priorité à ce dernier
  • le port doit être différent de ceux déjà utilisés par les autres clusters. Pour me faciliter la mémoire, j'aligne toujours le 4ème chiffre avec l'unité de la version de PostgreSQL et j'ajoute un 5ème pour incrémenter les clusters. Ici, ça donne donc 54342.
  • on fait la différence entre les options qui s'appliquent au cluster (--pgoption) et celles qui s'appliqueront à toute création de base de données (initdb) dans ce cluster (qui se situent à la fin, après --). Ici, il s'agit de paramètres d'intégrité et de sécurité recommandés habituellement (notamment par Dalibo).

Si vous êtes curieux/se, vous pouvez dérouler le détail de ce que la commande retourne.

Le détail de l'exécution sur ma machine
 1
 2
 3
 4
 5
 6
 7
 8
 9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
Creating new PostgreSQL cluster 14/osmdata ...
/usr/lib/postgresql/14/bin/initdb -D /var/lib/postgresql/14/osmdata --no-instructions --data-checksums --lc-messages=C --data-checksums --lc-messages=C --auth-host=scram-sha-256 --auth-local=peer
Les fichiers de ce système de bases de données appartiendront à l'utilisateur « postgres ».
Le processus serveur doit également lui appartenir.

L'instance sera initialisée avec les locales
COLLATE:  fr_FR.UTF-8
CTYPE:    fr_FR.UTF-8
MESSAGES: C
MONETARY: fr_FR.UTF-8
NUMERIC:  fr_FR.UTF-8
TIME:     fr_FR.UTF-8
L'encodage par défaut des bases de données a été configuré en conséquence
avec « UTF8 ».
La configuration de la recherche plein texte a été initialisée à « french ».

Les sommes de contrôle des pages de données sont activées.

correction des droits sur le répertoire existant /var/lib/postgresql/14/osmdata... ok
création des sous-répertoires... ok
sélection de l'implémentation de la mémoire partagée dynamique...posix
sélection de la valeur par défaut pour max_connections... 100
sélection de la valeur par défaut pour shared_buffers... 128MB
sélection du fuseau horaire par défaut... Europe/Paris
création des fichiers de configuration... ok
lancement du script bootstrap...ok
exécution de l'initialisation après bootstrap... ok
synchronisation des données sur disque... ok
Ver Cluster Port  Status Owner    Data directory                 Log file
14  osmdata 54342 down   postgres /var/lib/postgresql/14/osmdata /var/log/postgresql/postgresql-14-osmdata.log

Enfin, on démarre l'instance :

1
2
3
sudo systemctl start postgresql@14-osmdata
# ou
sudo pg_ctlcluster 14 osmdata start

Et voilà, on a notre PostgreSQL proprement installé et configuré sur notre machine !

Croquis du Grand Eléphant des machines de l'île de Nantes

Changer la configuration du cluster plus tard#

Il est évidemment possible de changer les paramètres du cluster par la suite, soit via une instuction SQL ALTER SYSTEM, soit en éditant le postgresql.conf :

1
2
3
sudo nano /etc/postgresql/14/osmdata/postgresql.conf
# puis redémarrer le serveur - généralement un reload peut suffire mais là on joue à domicile donc on doit pouvoir supporter la coupure de service
sudo systemctl restart postgresql@14-osmdata

Astuce pour avoir une Calzone réussie à chaque installation

Il est aussi possible de changer le comportement des scripts de post-installation du packaging PostgreSQL en modifiant le fichier /etc/postgresql-common/createcluster.conf, soit pour désactiver la création automatisée du cluster main, soit pour en modifier les paramètres par défaut (par exemple avec initdb_options = '--data-checksums --lc-messages=C').

Créer le rôle et gérer l'accès#

Comme on travaille à la maison, on va se faciliter la vie et créer un rôle en base correspondant à notre utilisateur système (trouvable avec la commande whoami pour que la commande reste générique) de façon à utiliser le mode d'authentification peer :

1
sudo -u postgres createuser -p 54342 --createdb --pwprompt --superuser "$(whoami)"

De façon à ne pas stocker de mot de passe en clair dans les applications clientes comme QGIS et pour se faciliter la vie, on se crée un fichier .pgpass dans le répertoire personnel de l'utilisateur :

1
echo "localhost:54342:*:$(whoami):motdepasse_assigne_a_mon_utilisateur" >> ~/.pgpass

De même, de façon à garder la connexion la plus générique possible dans le but de rendre la suite le plus facilement reproductible possible, on stocke les paramètres de connexion dans le fichier PGSERVICE (voir la doc officielle de PostgreSQL et celle de QGIS) :

  • emplacement par défaut : ~/.pg_service.conf (Linux) ou %APPDATA%/postgresql/.pg_service.conf (Windows)
  • ou personnalisable via une variable d'environnement PGSERVICEFILE pointant sur le fichier directement (nommage libre) ou PGSYSCONFDIR pointant sur le répertoire où trouver le fichier (qui doit forcément être nommé pg_service.conf)
1
2
3
4
[local_osmdata]
dbname=osm
host=localhost
port=54342

pg_service_all_inclusive

Il est également possible de stocker directement le mot de passe dans le .pg_service.conf pour se simplifier encore plus la vie, mais personnellement j'aime que les mots de passe soient dans un fichier séparé de façon à pouvoir diffuser mon .pg_service.conf tranquillement.

Créer et configurer la base de données#

logo PostGIS

Créer la base de données que l'on nomme osm :

1
createdb --owner $(whoami) --port 54342 --encoding=UTF8 osm

S'y connecter pour tester puis ressortir :

1
2
3
4
5
6
> psql -p 54342 -U $(whoami) osm
psql (14.3 (Ubuntu 14.3-1.pgdg20.04+1))
Saisissez « help » pour l'aide.

osm=# \q
>

Activer PostGIS :

1
psql -p 54342 -U $(whoami) osm -c "CREATE EXTENSION postgis;"

Activer HSTore :

1
psql -p 54342 -U $(whoami) osm -c "CREATE EXTENSION hstore;"

Installer les outils liés à OpenStreetMap#

C'est dans ces moments-là où on mesure combien le projet est remarquable à plus d'un titre. Au-delà de la dimension collaborative et de la base de données, c'est aussi tout l'outillage disponible et "naturellement" maintenu qui fait d'OSM une réussite incontournable de notre écosystème.

Installer osm2pgsql#

Afin d'importer les données OpenStreetMap dans PostgreSQL, on utilise osm2pgsql qui est un outil en ligne de commande maintenu par la communauté OSM. Pour l'installation, rien de plus simple pour Debian et dérivés comme Ubuntu :

1
sudo apt install osm2pgsql

Sur Windows, le tutoriel de LearnOSM est très bien !

  • Oui, une question Joséphine ?
  • Monsieur, il est en anglais votre tuto et dans plein d'autres langues sauf en Français !
  • Mon ange, c'est une excellente remarque que vous faites là ! C'est justement l'occasion de vous proposer pour contribuer à la traduction de ce merveilleux support !
  • Ah ouais, bonne idée, ça me fera un bon exercice pour travailler la version en anglais !

Faites chauffer DeepL et Transifex pour contribuer à LearnOSM

Installer osmium#

Là encore, tout est packagé comme il faut pour notre distribution préférée pour installer Osmium facilement :

1
sudo apt install osmium-tool

Les données#

Télécharger OSM sur la Belgique#

logo OpenStreetMap

Franchement on va pas se mentir : si Napoléon avait eu les données OpenStreetMap, on aurait moins de problèmes de borne (de frontières, pas de ministre) de nos jours ! 😄

Un petit tour par GeoFabrik pour télécharger les données de la Belgique : https://download.geofabrik.de/europe/belgium.html.

On peut également utiliser un outil en ligne de commande, par exemple wget avec l'option -N qui permet de télécharger uniquement si le fichier distant (ici le serveur GeoFabrik) est plus récent par rapport à la version locale (sur votre machine) :

1
wget -N https://download.geofabrik.de/europe/belgium-latest.osm.pbf -P /tmp/osmdata/belgium

Découper les données#

logo Osmium Tool

Si on craint de manquer d'espace disque, de puissance ou qu'on cible une zone restreinte en particulier, on peut découper les données avec une emprise avant de les importer avec un outil comme Osmium par exemple.

Et on découpe sur la zone qui nous intéresse, par exemple Bruxelles :

1
osmium extract -b 4.29,50.815,4.47,50.90 /tmp/osmdata/belgium/belgium-latest.osm.pbf -o /tmp/osmdata/belgium/brussels.osm.pbf

Importer des données#

logo osm2pgsql

La commande osm2pgsql semble facile mais il faut bien régler les options pour ne pas avoir d'erreur :

1
osm2pgsql --create --database osm --port 54342 --cache 1000 --number-processes 4 /tmp/osmdata/belgium/brussels.osm.pbf

Détail des options :

  • --create : créer les données, quitte à les écraser si elles existent déjà dans la base
  • --database : nom de la base de données
  • --port : port de connexion à la base de données
  • --cache : gère la taille du cache (en MB) à allouer pour l'import des noeuds OSM. Je pensais au début que la valeur par défaut (800) suffirait mais j'ai eu l'erreur : Node cache size is too small to fit all nodes. Please increase cache size. Dépend de la RAM de votre machine.
  • --number-processes : nom de processus à utiliser pour paralléliser les tâches qui peuvent l'être

Pour celles et ceux que ça intéresse, voici le détail de l'exécution sur mon ordinateur qui a pris 187 secondes :

Le détail de l'exécution sur ma machine
 1
 2
 3
 4
 5
 6
 7
 8
 9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
35
36
37
38
39
40
41
42
43
44
45
46
47
48
>  osm2pgsql --create --database osm --port 54342 --cache 1000 --number-processes 4 /tmp/osmdata/belgium/belgium-latest.osm.pbf
osm2pgsql version 1.2.1 (64 bit id space)

Allocating memory for dense node cache
Allocating dense node cache in one big chunk
Allocating memory for sparse node cache
Sharing dense sparse
Node-cache: cache=1000MB, maxblocks=16000*65536, allocation method=3
Using built-in tag processing pipeline
Using projection SRS 3857 (Spherical Mercator)
Setting up table: planet_osm_point
Setting up table: planet_osm_line
Setting up table: planet_osm_polygon
Setting up table: planet_osm_roads

Reading in file: /tmp/osmdata/belgium/belgium-latest.osm.pbf
Using PBF parser.
Processing: Node(53962k 8993.7k/s) Way(8267k 145.05k/s) Relation(81920 11702.86/s)  parse time: 70s
Node stats: total(53962322), max(9777797946) in 6s
Way stats: total(8267595), max(1064657400) in 57s
Relation stats: total(87197), max(14192617) in 7s
node cache: stored: 53962322(100.00%), storage efficiency: 50.16% (dense blocks: 170, sparse nodes: 53094157), hit rate: 100.00%
Sorting data and creating indexes for planet_osm_point
Sorting data and creating indexes for planet_osm_line
Sorting data and creating indexes for planet_osm_roads
Sorting data and creating indexes for planet_osm_polygon
Copying planet_osm_roads to cluster by geometry finished
Creating geometry index on planet_osm_roads
Copying planet_osm_point to cluster by geometry finished
Creating geometry index on planet_osm_point
Creating indexes on planet_osm_roads finished
All indexes on planet_osm_roads created in 5s
Completed planet_osm_roads
Creating indexes on planet_osm_point finished
All indexes on planet_osm_point created in 15s
Completed planet_osm_point
Copying planet_osm_line to cluster by geometry finished
Creating geometry index on planet_osm_line
Creating indexes on planet_osm_line finished
Copying planet_osm_polygon to cluster by geometry finished
Creating geometry index on planet_osm_polygon
All indexes on planet_osm_line created in 44s
Completed planet_osm_line
Creating indexes on planet_osm_polygon finished
All indexes on planet_osm_polygon created in 117s
Completed planet_osm_polygon

Osm2pgsql took 187s overall

Se connecter à la base#

logo QGIS

Maintenant que nos données sont bien au chaud dans la base, il est temps de s'y connecter et voir ce qu'elle a dans le ventre ! On peut déjà faire un petit listing des tables via la console psql :

 1
 2
 3
 4
 5
 6
 7
 8
 9
10
11
12
13
14
15
16
> psql -p 54342 -U $(whoami) osm
psql (14.4 (Ubuntu 14.4-1.pgdg20.04+1))
Saisissez « help » pour l'aide.

osm=# \dt
                Liste des relations
 Schéma |        Nom         | Type  | Propriétaire
--------+--------------------+-------+--------------
 public | planet_osm_line    | table | jmo
 public | planet_osm_point   | table | jmo
 public | planet_osm_polygon | table | jmo
 public | planet_osm_roads   | table | jmo
 public | spatial_ref_sys    | table | jmo
(5 lignes)

osm=#

Pour s'y connecter avec QGIS, on va pouvoir tirer parti de notre configuration d'authentification à l'aide du fichier pg_service.conf. Ainsi, seul le nom du service (= le nom de section entre []) est nécessaire :

QGIS - Connexion PostGIS avec service

Et voilà notre liste de tables :

QGIS - Liste des tables PostGIS


Nettoyage#

Voici les commandes si vous souhaitez supprimer le cluster créé pendant le tutoriel. Attention, cela supprimera toutes les données donc à n'exécuter que si vous êtes certain/e de ne pas y tenir :

1
2
sudo systemctl stop postgresql@14-osmdata
sudo pg_dropcluster 14 osmdata

Auteur#

Julien Moura#

Portrait Julien Moura

Géographe "sigiste" de formation, j'ai travaillé sur différentes thématiques et types de structures : gestion des déchets en milieu urbain à Madagascar, foncier d'intérêt général auprès de l'EPF de La Réunion, organisation et la résilience urbaine face aux risques naturels à Lima pour l'IRD, gouvernance et ouverture des données à Isogeo.

Je travaille désormais à Oslandia.
Féru des dynamiques de contributions, je participe activement à Geotribu depuis fin 2011.

Licence #

Ce contenu est sous licence Creative Commons International 4.0 BY-NC-SA, avec attribution et partage dans les mêmes conditions, sauf dans le cadre d'une utilisation commerciale.
Les médias d'illustration sont potentiellement soumis à d'autres conditions d'utilisation.

Détails

Vous êtes autorisé(e) à :

  • Partager : copier, distribuer et communiquer le matériel par tous moyens et sous tous formats
  • Adapter : remixer, transformer et créer à partir du matériel pour toute utilisation, exceptée commerciale.

Citer cet article :

"Importer des données OSM dans PostgreSQL" publié par Julien MOURA sur Geotribu sous CC BY-NC-SA - Source : https://static.geotribu.fr/articles/2022/2022-06-28_import-donnees-osm-postgresql-osm2pgsql-osmium/

Contributions à cette page : Julien Moura (99.78%), Augustin Trancart (0.22%)

Ce contenu est sous licence Creative Commons BY-NC-SA 4.0 International Pictogramme Creative Commons Pictogramme Creative Commons BY Pictogramme Creative Commons NC Pictogramme Creative Commons SA


Commentaires

Une version minimale de la syntaxe markdown est acceptée pour la mise en forme des commentaires.
Propulsé par Isso.