Aller au contenu

ODK pour la collecte de données géo dans PostGIS (⅔)#

📆 Date de publication initiale : 22 juin 2021

ODK PostGIS

Aprés vous avoir présenté les outils proposés par ODK et la place qu'ils occupent dans notre SI centré sur PostGIS, ce second article illustre à travers notre formulaire généraliste l'utilisation des différents "widgets" à notre disposition. Des extraits du "XLSForm" du formulaire complètent les captures d'écrans pour montrer l'utilisation des différentes colonnes de la feuille de calcul "survey" et de la feuille de calcul "choices".

Dans ces extraits, nous n'avons conservé que les colonnes renseignées pour en faciliter la lecture et nous avons numéroté les lignes.

Le lien vers le fichier XLSForm de notre formulaire est disponible en bas de l'article.

Vous pouvez utiliser ODK pour la collecte de données sur le terrain même si vous n'avez pas installé le serveur. Vous pouvez simplement créer votre fichier XLSForm, le transformer via XLSForm Online et transférer le xml et les éventuels médias associés sur votre téléphone. Vous pourrez ensuite récupérer les données collectées avec Briefcase, rapidement évoqué dans le premier épisode de cette série.

Dans un dernier article, nous verrons comment les données collectées sur les téléphones grâce à ce formulaire intègrent notre base de données PostGIS et sont ainsi mises à disposition de l'ensemble de l'équipe, à travers les différents outils présentés dans l'article précédent.

1 : Introduction à ODK 3 : Récupération des données dans notre SI

Commenter cet article

Introduction#

Traditionnellement, les naturalistes et les écologues du CEN notaient toutes leurs observations sur des carnets de terrain papier, et les informatisaient au retour au bureau, via une interface web, un tableur ou une couche SIG. Dans le cas des tableurs et fichiers SIG, une étape supplémentaire était nécessaire pour consolider les données saisies dans notre base de données PostGIS.

En conséquence, il pouvait s'écouler plusieurs mois avant que les observations d'un membre de l'équipe soient visibles dans le SI par les autres collègues. La création de notre outil web interne en 2009 a été un premier élément de réponse technique à cette difficulté de consolidation et de partage rapide des données. Nous avions eu en 2007 une expérience de collecte de données sur PDA (avec ArcPad) et l'absence de double saisie nous avait beaucoup enthousiasmé.

La présentation ci-dessous faite au FOSS4G-fr de 2018 reprend l'historique de notre SI et présente notre utilisation d'ODK (cliquer sur l'image pour télécharger le PDF de la présentation) :

présentation d'ODK au FOSS4G-fr 2018

Logique du formulaire#

icône collecte smartphone

Le formulaire décrit ici est notre formulaire principal, initié en 2016. La version initiale permettait de collecter des informations basiques sur les espèces et les habitats. Elle résultait d'un atelier (workshop) organisé avec les collègues du CEN Rhône-Alpes (Rémy Clément, Laurent Poulin et Guillaume Costes) qui maitrisaient la création de formulaire. Je m'étais alors occupé de la récupération des données collectées dans PostGIS.

Chaque révision successive a apporté son lot d'améliorations et les questions sont devenues plus "adaptatives". Les réponses possibles dépendaient par exemple de l'espèce sélectionnée (ex. pas de têtard si on a vu un oiseau).

En 2019, avec le travail de Jean Baïsez, le formulaire s'est enrichi : aux observations d'espèces et d'habitats, ont été ajoutées la description des pressions ou des menaces sur les milieux naturels.

Toutes ces données sont géoréférencées (point, lignes ou polygones) et peuvent être documentées par des photos prises par le téléphone. Ces dernières peuvent être annotées.

En 2021, le système de préférences a été amélioré et les attentes évoquées par les collègues à la fin de la saison 2020 ont été satisfaites (navigation dans les données collectées, recherche des taxons dans le référentiel taxonomique).

Aucune de ces évolutions n'a nécessité de développement de notre part, elles ont certes été possibles grace aux évolutions de Collect, mais surtout par l'appropriation du standard XLSForm.

Notre formulaire est constitué de deux boucles imbriquées : aprés avoir renseigné les informations de base du relevé (contexte, observateur...), il nous est proposé de créer une localité (objet géographique), puis d'y renseigner une ou plusieurs observations.

Aprés la dernière observation de la localité courante, il est proposé de saisir une nouvelle localité... Si c'était la dernière localité, le formulaire est "finalisé" et peut être envoyé au serveur.

Voici un schéma illustrant la logique du formulaire :

Logique du formulaire

Collecte de données#

C'est parti pour la collecte : on lance ODK Collect qui nous propose plusieurs options. On choisit donc de remplir notre formulaire :

écran d'accueil de Collect Choix du formulaire à renseigner

Choix du formulaire à renseigner → SICEN#

Les 3 premiers écrans du formulaire à proprement parler permettent de le paramétrer et demandent à l'utilisateur ses préférences pour la session qu'il démarre.

A la première utilisation du formulaire, les fonctionnalités seront toutes activées par défaut. Libre à chacun de désactiver celles qui lui semblent inutiles.

A l'utilisation suivante, chacune des options sera proposée dans l'état d'activation qui était le sien lors de la précédente utilisation du formulaire. Il sera là encore possible de valider ou modifier chacun de ces choix.
Les fonctionnalités à cette étape seront masquées pendant l'utilisation du formulaire.

Métadonnées relatives à l'utilisateur Préférences de l'utilisateur - Choix des possibilités cartographiques Préférences de l'utilisateur - Types et thématiques des données à saisir

Info

Au fur et à mesure de la saisie, l’icône de la disquette (💾) permet d'enregistrer le formulaire en cours sur le téléphone.

Écran de paramétrage n°1 → l'identité de l’utilisateur#

Le nom de l'utilisateur et son adresse email sont demandés. L'adresse email nous sert à identifier l'utilisateur dans notre SI métier.
Ces deux champs sont remplis par défaut avec les valeurs saisies dans les paramètres généraux de l'application. Si l'utilisateur ne les a pas renseignés dans l'application, il devra les saisir ici.

Écran de paramétrage n°2 → types de géométries créées#

Quels types de géométrie sont susceptibles d'être créés au cours de la session ? Des points ? Des lignes ? Des polygones ?

Voici l'extrait correspondant de la feuille survey (le principe est le même pour l'écran précédent et le 3ème) :

  • le groupe (begin_group et end_group) permet de faire apparaitre les questions dans un même écran
  • les questions sont des select_one (une seule option à choisir)
  • la liste utilisée dans la feuille choices s'appelle *boolea
  • et par défaut (colonne default) la question prend la dernière valeur enregistrée (${last-saved#utiliser_geopoint}), sinon true :
type name label required default
select_one boolean utiliser_geopoint Points yes coalesce(${last-saved#utiliser_geopoint},’true’)
select_one boolean utiliser_geotrace Lignes yes coalesce(${last-saved#utiliser_geotrace},’true’)
select_one boolean utiliser_geoshape Polygones yes coalesce(${last-saved#utiliser_geoshape},’true’)
end group

Écran de paramétrage n°3 → Types de données (thématiques) et paramétrage de l'autocomplétion#

Le dernier écran permet de choisir le nombre de caractères à saisir dans le recherche des espèces pour déclencher l'interrogation du référentiel ("auto-complétion").
3 est le minimum, 7 le maximum (pour permettre l'utilisation du "code taxon" par exemple "ERI RUB" pour Erithacus rubecula qui est le rouge-gorge) 🐦. Notez que la dernière question n'est pas visible et nécessite de "scroller" l'écran.

L'ensemble de ces paramètres est concaténé dans une chaîne nommée "preferences_utilisateur" (champ de type calculate et fonction concat dans la colonne calculation).

type name calculation
calculate preferences_utilisateur concat(if(${utiliser_geopoint} = 'true','point',''),if(${utiliser_geotrace} = 'true','line',''),if(${utiliser_geoshape} = 'true','polygon',''),if(${animalia} = 'true','animalia',''),if(${plantae} = 'true','plantae',''),if(${fungi} = 'true','fungi',''),if(${habitat} = 'true','habitat',''),if(${pression_menace} = 'true','pression_menace',''),if(${observation_generale} = 'true','observation_generale',''),${nb_lettres})

Une fois les paramétrages vérifiés et/ou modifiés, l'utilisateur peut choisir l'étude pour laquelle le relevé est effectué ainsi que le protocole de collecte utilisé.

Choix de l'étude et du protocole#

Ces deux référentiels sont gérés dans des fichiers csv externes associés au formulaire. Les fichiers sont mentionnés dans la colonne appearence des lignes 2 et 3 de l'extrait ci-dessous (search('etudes') et search('protocole')). Cela permet de les mettre à jour sur le téléphone sans avoir à mettre à jour le formulaire sur le serveur. Nous verrons plus tard avec le référentiel taxonomique que le stockage externe de ces référentiels nous offre des possibilités de recherche intéressantes.

L'utilisation combinée de l'apparence quick permet de passer automatiquement à la question suivante quand une option est sélectionnée. La feuille de calcul choices nous renseigne sur la structure de ces fichiers csv. Les colonnes nom_etude_id et libelle_id contiennent les valeurs à stocker, les colonnes nom_etude et libelle contiennent les "noms" à afficher dans les listes.

choix de l'étude métadonnées utilisateur

Extrait de la feuille survey#

type name label required appearance
1 begin group protocole_etude Protocole et étude
2 select_one list_etude id_etude Etude yes quick search('etudes')
3 select_one list_protocole id_protocole Protocole yes quick search('protocoles')
4 end group

Extrait de la feuille choices#

list_name name label
list_etude nom_etude_id nom_etude
list_protocole libelle_id libelle

A terme nous aimerions générer dynamiquement et régulièrement la liste des études pour ne faire apparaître que les études en cours et pourquoi pas seulement celles qui concernent l’utilisateur de l'application. La même chose pourrait être envisagée pour les protocoles.

Une fois ces paramètres de "session" renseignés, nous pouvons commencer la saisie de données.

Création d'une localité#

Il s'agira d'un point, d'une ligne ou d'un polygone. Cette fonctionnalité "géographique" du formulaire a été décrite dans la première partie de cet article.

Choix du type de géoréférencement de l'emplacement courant

Le GPS peut nous aider à dessiner automatiquement points, lignes et polygones, que nous pouvons aussi dessiner à la main sur l'écran. L'automatisation peut être paramétrée selon la distance maximale ou le temps de parcours entre deux points. Une précision minimale du GPS peut aussi être configurée dans le formulaire pour interdire des localisations trop peu précises.

localisation assistée par le GPS du téléphone coordonnées du point GPS collecté et précision du capteur lors de l'enregistrement

Extrait de la feuille survey#

-- type name label calculation required appearance default relevant choice_filter bind::odk:length body::accuracyThreshold
1 begin repeat emplacements Emplacements
2 begin group localites ${heure_localite}
3 begin group loc field-list
4 calculate heure_localite concat(‘à ‘,format-date-time(now(),"%H:%M"))
5 select_one methode_geo methode_geo méthode de géoréférencement ? yes point contains(${preferences_utilisateur},filter)
6 decimal longitude longitude (WGS 84) yes ${methode_geo} = 'long_lat'
7 decimal latitude latitude (WGS 84) yes ${methode_geo} = 'long_lat'
8 geopoint point_auto point automatique yes ${methode_geo} = 'point_auto' 5
9 geopoint point point sur carte yes quick placement-map ${methode_geo} = 'point'
10 geotrace ligne ligne yes ${methode_geo} = 'ligne' 10000
11 calculate longueur_ligne distance(${ligne}) ${methode_geo} = 'ligne’
12 geoshape polygone polygone yes ${methode_geo} = 'polygone’ 10000
13 calculate surface_polygone area(${polygone}) ${methode_geo} = 'polygone’
14 end group
15
16 end group
17 end repeat

Le begin repeat démarre une boucle de création de localités.

Le groupe qui suit directement ce repeat (ligne n°2) encapsule l'ensemble des éléments contenus dans la boucle et permettra de nommer chaque instance de la boucle, ici avec la valeur du champ calculé heure_localite (ligne 4).

L'observation pourra ainsi être retrouvée dans la navigation du formulaire, avec l’heure de l'emplacement et l’espèce observée.

La colonne choice_filter, utilisée pour la question methode_geo permet de ne proposer que les options de la feuille choices pour lesquelles la valeur filter est contenue dans les "préférences utilisateur" calculée plus haut (écrans 2 et 3).

La colonne relevant permet de mentionner si la question est pertinente (à afficher), et dans quel contexte. Un test peut-être utilisé pour déterminer sa valeur (qui est 'true' par défaut). Ici donc seul le widget carto correspondant à la réponse donnée à la question "methode_geo" (ligne 5) sera affiché.

Des fonctions, appelées dans la colonne calculation permettent de réaliser des calculs pendant la saisie, ici l'heure courante, la longueur d'un ligne et la surface d'un polygone.

Extrait de la feuille choices#

La liste des choix proposés pour la méthode de localisation des observations est décrite comme ceci :

list_name name label filter
methode_geo point_auto point automatique point
methode_geo point point sur une carte point
methode_geo ligne ligne line
methode_geo polygone polygone polygon
methode_geo long_lat Saisie de coordonnées point

Saisie d'une ou plusieurs observations à cet endroit#

Une fois l'emplacement créé, nous allons pouvoir y créer autant d'observations que nous le souhaitons, de chacun des types autorisés dans les paramétrages du formulaire. Ici une observation de plante.

choix du type d'observation à renseigner recherche d'une espèce végétale

Propositions des taxons de référence et des synonymes qui correspondent aux lettres tapées#

Les collègues ont fait remonter des besoins d'amélioration de cette fonctionnalité. Nous proposions dans les versions précédentes du formulaire une simple liste avec une saisie prédictive.

Ils ont souhaité que cette liste propose d'abord les noms de référence, classés du rang taxonomique le plus élevé (famille, genre) au plus bas (espèce, sous-espèce...).

propositions de taxons correspondant à la recherche

Extrait de la feuille de calcul survey#

type name label hint calculation required appearance relevant
1 begin group plantae_selection ${lb_nom_plantae} field-list ${type_observation} = 'plantae'
2 text recherche_plantae Nom de l’espèce végétale : au moins ${nb_lettres} lettres yes
3 select_one list_espece lb_nom_plantae Sélectionnez l'espèce : yes quick search('espece_plante', 'startswith', 'code_espece_key,lb_nom_key', ${recherche_plantae}) string-length(${recherche_plantae}) > (${nb_lettres} - 1)
4 calculate cd_nom_plantae pulldata('espece_plante','cd_nom_key','lb_cd_nom_key',${lb_nom_plantae})
5 end group

Nous utilisons ici aussi un référentiel externe (les entrées de la "liste déroulante" ne sont pas stockées dans la feuille choices mais dans un fichier csv).

Nous voyons (ligne n°3) que le fichier s'appelle espece_plante, et que nous allons y chercher les lignes pour lesquelles les colonnes code_espece_key ou lb_nom_key commencent (startswith) par les caractères tapés dans la question précédente (ligne 2).

1
quick search('espece_plante', 'startswith', 'code_espece_key,lb_nom_key', ${recherche_plantae})

Les propositions n'apparaitront que si le nombre de caractères saisis est supérieur ou égal au nombre de lettres requises, spécifié dans les préférences utilisateur (colonne relevant de la ligne 3). Elles seront ordonnées selon la valeur stockée dans la colonne orderby du fichier csv. Cette colonne est optionnelle, si elle n'est pas présente, les propositions seront affichées dans l'ordre alphabétique.

Cela nous permet de calculer un ordre a priori, lors de la génération du référentiel, qui tient compte du caractère valide du taxon puis de son niveau taxonomique.

Le suffixe _key utilisé dans les noms de colonnes des fichiers csv force la création d'un index lors de leur transformation en base de données sqlite sur le téléphone. C'est trés utile pour interroger efficacement les référentiels taxonomiques (faune et flore) issus de TAXREF de l'INPN, qui comptent chacun plusieurs dizaines de milliers de lignes. Le lien vers le script SQL de génération du référentiel csv à partir de taxref est proposé dans la section "ressources" de l'article

Renseignement de l'effectif observé#

L'espèce mentionnée a-t-elle été observée ? Cette question est posée car il est important dans certains protocoles de mentionner l'absence d'un taxon recherché.

Si oui, les écrans suivants (ou leurs homologues pour la Faune sont affichés)

Ici pour les espèces végétales il s'agit d'un effectif par classes d’abondance

l'espèce a-t-elle été observée ? abondance de l'espèce

Informations sur la "qualité" de la donnée#

éléments de qualité de la donnée modalité de determination

Renseignement de détails optionnels, prise de photo 📷, annotation#

ODK peut mobiliser l'ensemble des capteurs de votre téléphone. La prise de photo peut-être utile, pour confirmer une détermination d'espèce ou documenter la dégradation d'un milieu.

L'annotation de la photo peut être utile par exemple pour les observations de type "pression/menace" ou "observation générale"

Ces photos seront mobilisables par la suite dans QGIS ou dans nos tableaux de bord.

prendre un photo Annotation de la photo Visualisation de l'image annotée

Extrait de la feuille de calcul survey#

type name label appearance relevant parameters
select_one prendre_image prendre_image Prendre une photo ?
image prise_image Prendre une photo annotate ${prendre_image}='oui' max-pixels=2000

La question est de type image, elle ne sera affichée que si l'utilisateur souhaite prendre une photo (${prendre_image}='oui').

Les photos peuvent être annotées (annotate), et leur taille est limitée pour éviter l'envoi d'images trop grandes pour l'usage qui en sera fait (max-pixels=2000).

Ajout d'une nouvelle observation ? d'une nouvelle localité ?#

Souhaitons nous ajouter une observation sur l'emplacement courant ?

  • Si oui nous redémarrons une boucle de saisie d'observation.
  • Si non il nous est proposé d'ajouter une nouvelle localité.
    • Si nous acceptons nous redémarrons une boucle de localité (point, ligne ou polygone)
    • Si nous refusons nous pouvons finaliser le formulaire aprés avoir renseigné d'éventuels accompagnateurs

Ajouter une observation à l'emplacement courant ? Ajouter un nouvel emplacement au relevé ? Ajouter un ou plusieurs accompagnateurs

Fin du formulaire, parcours et révision des données collectées#

Fin du formulaire

L’icône représentant une flèche montrant un point permet de naviguer dans les observations déjà saisies pour les vérifier ou les modifier.

En cliquant sur le groupe répétitif "Emplacements", on accède à la liste des emplacements du formulaire.

En cliquant sur l'emplacement désiré, on accède au détail le concernant.

Enfin un clic sur le groupe répétitif "Observations" nous donne accès à la liste des observations rattachées à l'emplacement et au détail de chacune d'elles :

Navigation dans les données collectées Liste des lieux Résumé d'un emplacement antérieur Observations rattachées à l'emplacement Résumé d'une observation antérieure

Une fois ceci fait on peut aller au bout du formulaire et le "finaliser".

Finalisation du formulaire#

Fin de la session

Les données sont alors automatiquement envoyées ("soumises") à Central (c'est le comportement par défaut désormais).

Nous verrons dans le prochain article comment les données sont récupérées et intégrées à notre base de données PostGIS.

Perspectives#

Les perspectives sont nombreuses au regard des discussions en cours au sein du TAB (Technical Advisory Board) d'ODK.

Notamment celles concernant les "entity based data collection" et les "longitudinal data collection" qui laissent entrevoir des possibilités très intéressantes de suivis récurrents d'objets définis sur le terrain : placettes, ouvrages, parcelles agricoles...

Des évolutions des widgets cartographiques seraient intéressantes : pouvoir cliquer un objet de la carte pour le décrire, afficher de manière différenciée les objets présents sur la carte...

Le forum est le lieu de discussion privilégié pour interagir avec la communauté et l'équipe de développement sur ces questions :

ODK était la porte d'entrée principale des données métiers dans le SI de l'ex CEN Languedoc-Roussillon. La fusion en septembre dernier avec le CEN Midi-Pyrénées ne semble pas remettre en cause cela.

Et certains formulaires spécifiques à des projets de l'ex-région Midi-Pyrénées voient le jour, développés par des collègues non géomaticiens !

Le graphique ci-dessous montre pour l'année 2021 le nombre de données d'observations d'espèces intégrées chaque mois selon leurs modalités de saisie. Nous pourrons faire un bilan plus juste à la fin de l'année quand les carnets de terrain papier auront été numérisés.

Modalité de saisie des données de biodiversité dans notre SI en 2021

Enfin ce graphique, basé sur la nouvelle base de donnée "Occitanie" montre l'évolution des modes de saisie. 2015 marque l'arrivée d'ODK dans le SI, 2020 la création du CEN Occitanie.

Evolution des modalités d'entrée des données de biodiversité dans le SI du CEN Occitanie


A suivre#

Lire la troisième partie


Ressources complémentaires#


Auteur#

Mathieu Bossaert#

Portrait Mathieu Bossaert

Aprés des études de biologie, d'écologie, et d'informatique, j'ai intégré le CEN en 2003 pour y occuper le poste de gestionnaire de bases de données, et suis devenu "géomaticien" par extension.

J'y suis désormais co-responsable de la "Geomateam" qui compte 5 personnes, pas toutes à temps plein sur la thématique, au sein d'une équipe "Occitane" de 80 salariés, répartis sur 14 sites.

PostgreSQL est le pilier structurant de notre SI depuis 2006. Les besoins de la structure ont évolué avec elle et chacun d'eux a trouvé une solution robuste dans le monde du libre et les communautés des différents outils, à travers GeoRezo notamment, n'ont jamais été avares de conseils. J'ai intégré il y a quelques années l'équipe de GeoRezo et j'y assure la fonction de trésorier.

Enfin je contribue dans la mesure de mes compétences et de ma disponibilité aux forums techniques dédiés (principalement celui d'ODK)

Vous pouvez me contacter pour échanger sur le sujet via twitter et linkedin.

Licence #

Ce contenu est sous licence Creative Commons International 4.0 BY-SA, avec attribution et partage dans les mêmes conditions.
Les médias d'illustration sont potentiellement soumis à d'autres conditions d'utilisation.

Détails

Vous êtes autorisé(e) à :

  • Partager : copier, distribuer et communiquer le matériel par tous moyens et sous tous formats
  • Adapter : remixer, transformer et créer à partir du matériel pour toute utilisation, y compris commerciale.

Citer cet article :

"Open Data Kit pour la collecte de données géographiques dans PostGIS (⅔)" publié par Mathieu BOSSAERT sur Geotribu - Source : https://static.geotribu.fr/articles/2021/2021-06-22_odk_postgis_2/


Dernière mise à jour: 11 octobre 2021
Créé: 13 juin 2021
Contributions à cette page : Julien Moura (14.79%), Florian Boret (5.63%), Aurélien Chaumet (0.7%), Mathieu Bossaert (77.93%), pre-commit-ci[bot] (0.94%)

Commentaires

Une version minimale de la syntaxe markdown est acceptée pour la mise en forme des commentaires.
Propulsé par Isso.
Retour en haut de la page