Aller au contenu

OpenStreetMap, la Réunion tout en couleur avec Corine Land Cover#

📆 Date de publication initiale : 15 mars 2012

Mots-clés : OpenStreetMap | Corine Land Cover

200px-Openstreetmap_logo.svg_.pngCela fait maintenant un peu plus de trois ans que mon activité de contributeur d'OpenStreetMap se concentre sur une zone particulière de l'Océan Indien : l'Ile de la Réunion. Originaire de ce petit coin de paradis, j'avais à coeur de faire avancer ce projet de cartographie libre. Étant sur place au départ, je pouvais compter sur mon fidèle GPS. Mais en raison de mon expatriation professionnelle, il m'a fallu composer avec d'autres ressources. Heureusement, la possibilité d'accéder au cadastre me permet de continuer à enregistrer de nouvelles routes. Si le réseau commence à prendre forme, cela n'était pas le cas pour ce qui concerne l'occupation du territoire. La carte apparaissait donc un peu vide et cela ne représentait pas, à mon sens, la luxuriante végétation et les paysages changeants de l'île. De ce fait, comme cela avait déjà été fait pour la métropole, je me suis attelé à importer les données Corine Land Cover (CLC). Je vous livre ici la méthode ainsi que les outils utilisés.

Source des données#

Première étape, trouver les données ! Un petit tour sur le site du club géomatique de la réunion m'a permit de trouver mon bonheur. Néanmoins, celles-ci étant au format MapInfo, je ne pouvais les exploiter immédiatement. De plus, il me fallait également séparer dans des couches distinctes les thématiques que je désirais intégrer dans la base OpenStreetMap. Avec l'aide QGIS, cette étape ne fut au final qu'une formalité. Je disposais alors d'autant de couches (au format shapefile) que de thématiques comme cela est spécifié dans le Wiki CLC d'OSM.

Du shapefile à OSM#

Maintenant que tout est en place, il me fallait un moyen de transformer mes fichiers , au format shapefile, en un format exploitable par JOSM, l'éditeur OpenStreetMap que j'utilise. Après avoir testé quelques une des solutions listées sur le wiki, je me suis tourné vers OGR2OSM qui m’apparaissait comme étant la plus souple et la plus simple à utiliser. Cet utilitaire en ligne de commande vous permet de transformer votre fichier shapefile en un fichier OSM au moyen de l'instruction suivante :

python ogr2osm/ogr2osm.py my-shapefile.shp

Jusque-là rien d'exceptionnel me direz-vous. Mais ce qui m'a complètement convaincu c'est la possibilité de spécifier un fichier python au sein duquel sera spécifié les modifications ou ajouts à apporter en fonction d'un attribut donné. Ce fichier prend en entrée la valeur du champ et retourne en sortie un dictionnaire dans lequel vous avez spécifié vos nouveaux attributs. Cette étape vous permet ainsi de convertir automatiquement les valeurs de votre shapefile en tag OpenStreetMap valides. Prenons par exemple. Le fichier de translation sera alors le suivant :

def translateAttributes(attrs):
if not attrs: return

tags = {}

On ajoute automatiquement la source#

tags.update({'source':'Union européenne - SOeS, CORINE Land Cover, 2006.'})
tags.update({'CLC:code': attrs['CODE_06'] })
tags.update({'CLC:id': attrs['ID'] })
tags.update({'CLC:year': '2006' })

On ajoute des tags en fonction de la valeur du champ#

if attrs['libelle_fr'] == 'Prairies' :
tags.update({'landuse': 'meadow' })

return tags

Et voilà, je me retrouve donc avec autant de fichier OSM que j'ai de thématiques Corine Land Cover. La dernière étape est l'import des données dans la base. Rien de plus avec JOSM. Visualisons maintenant le résultat obtenu.

L'avant-après CLC#

Quand je vous disais qu'elle était un peu triste notre carte OSM de la réunion. Ne préférez-vous pas ce joli camaïeu de vert ?

avant_apres.png


Auteur#

Portait de GeoTribu GeoTribu

Toute l'actualité de la géomatique Open Source ! Mais aussi des tutoriels, des billets de blog, des tests et surtout une bonne humeur géographique !


Dernière mise à jour: 26 octobre 2020
Contributions à cette page : Julien Moura

Commentaires