Aller au contenu

Cartogaphier l'immatériel

📆 Date de publication initiale : 05 mars 2009

Mots-clés :

globe news

La géographie de par sa définition est une "tentative d'interprétation de l'écriture de la surface de la Terre par les sociétés qui l'occupent1". De cette première approche sont nés deux courants de pensées, l'espace perçu1 et l'espace vécu2.

Néanmoins, la géographie d'aujourd'hui a considérablement évoluée. Les outils d'analyse dont nous disposons sont bien différents du papier et stylo qu'avait à l'époque nos pères fondateurs.

Je partirai alors pour appuyer le reste de ce billet du paradigme suivant en sachant que dans notre logique l'espace perçu n'est pas le même que celui présenté en géographie "traditionnelle" :

  • l'espace perçu : qui est une description basée sur l'étude de phénomènes, comportements et paysages (humains ou naturels) existants.
  • l'espace vécu : que je décrirai comme étant celui qui se tient devant nous que nous pouvons observer directement mais surtout indirectement. C'est cette observation indirecte, fruit de nos habitudes inconscientes que nous allons étudier. Le but étant de pouvoir au final cartographier l'immatériel. Ainsi tout l'enjeu de la nouvelle géographie est de pouvoir capter ces paramètres et comportements afin d'arriver à une autre représentation de notre société. Pourquoi ces nouveaux paramètres sont-ils si important? Tout simplement et je le répète parce que nous n'avons pas conscience de leur existence. Ils font parties de notre vie de tout les jours sans que nous nous en rendions compte.

Bon me direz vous, c'est bien joli ce charabia, mais quels sont ces paramètres ?

Alors regardez par exemple à côté de vous, non loin de votre main vous devriez trouver votre téléphone portable. Voilà l'un des plus grands "mouchards" de l'espace vécu dans notre société orientée 2.0.
De nombreux travaux ayant pour objectif d'améliorer notre vision de l'espace utilise d'ailleurs ces nouvelles technologies comme des indicateurs. C'est le cas par exemple de chercheurs du MIT qui ont cartographié différents phénomènes uniquement en se basant sur le téléphone portable des usagers :

  • Importance et sens de circulation du traffic :

  • L'activité des téléphones portables lors de la finale de la coupe du monde de 2006 :

D'autres exemples sont disponibles sur la page du projet Real Time Rome.

Cette nouvelle représentation de l'espace est passionnante à bien des points. En effet, elle s'échappe complètement des modes de pensées traditionnelles pour apprivoiser les nouveaux outils que le géographe de demain devra utiliser tout en s'approchant d'un nouveau mode de pensée Web qu'est l'hyperlocal4. Néanmoins, cette cartographie reste tout de même resérvée à une certaine catégorie de population et pays car elle dépend bien entendu du degré technologique de la société étudiée.

Source :

  1. Retaille, 1987, cité par C. Davaud, in "Didactique de la géographie, un état de la question", CRPP, 1988.

  2. L'espace perçu : l’’espace perçu et représenté porte la marque des codes culturels et des idéologies de son observateur. De ce fait il n’existe pas de perception pure et objective de l’espace. Il y a des représentations du réel plus ou moins déformées par les filtres des regards individuels et sociaux.

  3. L’espace vécu correspond à la manière dont chaque individu (avec sa part d’imaginaire, les déformations qui viennent de sa culture ou du groupe social auquel il appartient) se représente son espace de vie.

  4. Définition : hyperlocal

  5. A consulter également : Hypergéo


Auteur

Portait de GeoTribu GeoTribu

Toute l'actualité de la géomatique Open Source ! Mais aussi des tutoriels, des billets de blog, des tests et surtout une bonne humeur géographique !


Dernière mise à jour: 2 juin 2020
Contributions à cette page : Julien

Commentaires